SEO Siloing

Beaucoup choisissent le siloing pour structurer un site internet. Il suffit d’observer la structre des sites web pour constater que la tendance est à l’architecture en silos.

Si le SEO Siloing est une méthode de référencement indispensable dans certains cas, dans d’autres, c’est une structure qui peut devenir contre productive. Ici nous allons voir sans langue de bois les avantages et les inconvénients du siloing, mais commençons d’abord par une très brève définition du SEO Siloing.

Définition

Le SEO siloing est une technique de référencement qui consiste à compartimenter les contenus d’un site internet dans des univers bien distincts. La structure en silos est une structure pyramidale. Le siloing est une stratégie de maillage interne car elle passe par la manipulation des liens internes (liens de navigation et liens éditoriaux).

Le shéma ci-dessous qui est une représentation du SEO Siloing indique bien qu’il s’agit d’une structure pyramidale assez classique finalement.

représentation du SEO siloing

On peut définir au moins deux objectifs pour le SEO siloing :

  • contrôler la distribution interne du Pagerank
  • optimiser la pertinence des liens internes en ne liant entre elles que les pages faisant partie d’un même thème.

Quels sont les avantages du siloing

Avant de parler des avantages SEO d’une structure en silos vous devez savoir que dans bien des cas, structurer son site de cette façon est une nécessité absolue. Par exemple sur les sites de grande taille.

Pour un site web contenant des milliers de pages il n y a pas d’autres choix que d’opter pour une structure pyramidale, et opter pour une structure pyramidale c’est mettre un premier pied dans le siloing.

Donc ce qui est souvent définit comme la technique ultime de référencement est en réalité une architecture très classique car techniquement il est quasi impossible de procéder autrement.

La seule alternative technique au SEO siloing est la structure verticale obtenue avec une classification chronologique des contenus. C’est l’architecture de base proposée sur les blogs, mais celle-ci n’est pas du tout search engine friendly et ce n’est pas un hasard si beaucoup cherchent des solutions pour implémenter une structure en silo sur wordpress.

De toute évidence une architecture plate n’est pas non plus envisageable si nous avons entre les mains un site de 10 000 pages. Autrement cela signifie que toutes les pages sont liées entre elles et que chaque page contient 10 000 liens internes.

Dans le cas d’un site volumineux créer des univers est donc plus qu’un levier SEO, c’est une nécessité et évidement plus le nombre de pages profondes augmente et plus nous sommes contraints de segmenter, compartimenter, catégoriser. Ici par conséquent l’architecture en silo n’est pas une alternative mais une obligation, la seule question que l’on est en droit de se poser est jusqu’à quel point les silos doivent rester hermétiques.

Contrôle du Pagerank

Faire du siloing permet d’orienter selon ses priorités, la circulation du jus (la distribution du Pagerank) à l’intérieur du site vers des pages bien choisies.

Concrètement on décide d’envoyer plus de Pagerank soit aux pages les plus importantes du site, soit à celles qui nécessitent plus de popularité pour obtenir un meilleur classement dans les résultats de recherche.

Sur un site généraliste, un portail par exemple, non seulement c’est indispensable à cause du nombre de pages, mais en plus le siloing est séduisant car le Pagerank est sensible à la thématique. En résumé, l’immobilier dans une armoire, l’acupuncture dans une autre.

Cas d’utilisation d’une architecture en silos

Certains sites e-commerces peuvent tirer un profit du SEO siloing. Il y a sûrement d’autres cas de figure où le siloing peut être préconisé mais voici un exemple où une hyper structuration peut être intéressante pour le référencement :

Un e-commerce dont les pages stratégiques sont les catégories (c’est le cas si les noms des produits ne sont pas recherchés sur les moteurs), ce même site marchand contient un grand nombre de catégories, et un nombre encore plus conséquent de sous-catégories.

Souvent lorsque les pages stratégiques sont les catégories, le niveau de compétition sur les mots clés est important. S’assurer que les catégories principales récupèrent plus de puissance permet d’améliorer leur positionnement sur Google.

Dans ce cas on peut alors opter pour la création de silos, en remplaçant le mega menu pointant initialement vers les catégories ET les sous-catégories, par un menu beaucoup plus réduit, pointant uniquement vers les macro catégories.

Les sous-catégories qui ont disparu du mega menu, seront visibles uniquement sur les pages faisant partie de la même macro catégorie. Les liens vers ces sous-univers sont présentés dans un menu secondaire.

Comme souvent la réalité est plus complexe que cela, par exemple lorsque certaines sous-catégories visent aussi des mots clés très stratégiques. Dans un cas comme celui-ci, en ayant opté pour le silo on vient d’éloigner de la page d’accueil des sous-catégories importantes, bref des pages qui ont pourtant besoin d’un maximum de puissance.

Pour palier à cette difficulté il n’est pas insensé d’imaginer une navigation hybride, un juste milieu entre le menu réduit et exclusif et le mega menu non contrôlé.

Bref la décision de faire du siloing n’est pas évidente, une chose est certaine néanmoins, on ne se réveille pas un matin en se disant « je vais créer un site en silos ». Il y a aussi de nombreux paramètres à considérer, un paramètre important par exemple, la popularité actuelle du site en question ou sa capacité à obtenir des liens.

Plus un site est puissant par ses backlinks et plus on a de latitude sur le nombre de liens internes par page (et moins en a besoin d’être super hermétiques dans la mise en place des silos).

Inconvénients du siloing

Plus vous compartimentez un site web en univers, sous-univers, sous-sous-univers etc, et moins les pages profondes profitent de la popularité du nom de domaine (distribution interne du Pagerank), or faire du SEO siloing à l’état pur revient à compartimenter son site de cette façon.

Nombre de cliques depuis la home

Inévitablement, le nombre de cliques nécessaires pour arriver à une page profonde depuis l’accueil du site augmente. Il faut bien garder en tête que même 1 seul clique supplémentaire pour atteindre une page coûte très cher à cette page en terme de Pagerank. Dans certains cas c’est un mal pour un bien, dans d’autres c’est inconvénient sans lot de consolation.

Nombre de liens entrants vers les pages profondes

Organiser son site en silos a une autre conséquence sur les pages profondes, le nombre de pages qui les lient est très faible.

Les pages profondes peuvent parfaitement se positionner malgré cette structure, mais ce faire du siloing rend les pages profondes beaucoup plus dépendantes des liens externes et de la stratégie de netlinking pour se positioner.

Selon la nature du projet web cela peut être un réel problème lorsque l’ensemble des pages profondes représente la zone la plus stratégique du site en question.

C’est le cas de la plupart des sites e-commerce dont le succès SEO ne repose pas sur le bon positionnement des macro catégories mais plutôt sur le bon positionnement global des pages produits.

La stratégie de visibilité – sous entendu la stratégie de mots clés – a donc une importance capitale dans la décision ou non de construire un site en silos.

Siloing et UX

Un autre inconvénient possible du SEO Siloing est l’expérience utilisateur qui peut en souffrir, en particulier lorsque l’organisation en SEO est poussée à l’extrême (élimination du moindre contact entre des pages faisant partie d’univers différents).
Forcément une telle structure rend complexe la navigation d’un univers à un autre.
C’est la raison pour laquelle jusqu’en 2009 les webmasters faisaient du Pagerank sculpting grâce aux liens nofollow. Cela leur permettait d’obtenir les mêmes effets que le siloing tout en laissant aux utilisateurs la possibilité de naviguer facilement entre les univers. Depuis ce n’est plus possible Google ayant changé sa politique concernant le traitement des liens nofollow.

5 Comments

  1. Cette méthode est très intéressante, je ne l’ai pas encore testé. C’est du on site, ça OK. Par contre, si on fait cela, il faut envoyer du jus notamment sur les dernières pages de ton schéma, celles toute en bas. Et il y en a plus que les pages du deuxième niveau. Donc il faut plus de lien (toujours de bonne qualité) donc il faut plus de moyens. C’est le problème. Si on a un gros lien, bien trusté, avec une bonne ancre, autant privilégier une page du deuxième niveau plutôt qu’une page du troisième non ? Je garderais les liens types commentaires de blogs, profils web 2.0 et autres pour les pages du troisième niveau. Qu’en penses-tu ?

    • Dis moi une chose, t’as commenté pour le lien nofollow ou pour laisser un commentaire? J’arrête pas de me prendre la tete à essayer de gérer le spamco, parfois je ne suis pas certain de ce que je fais, je supprime le lien au lieu de tout supprimer quand j’ai juste un doute, quand j’ai pas doute sur le caractère spammy je supprime tout. C’était quoi ton lien déjà ?

    • Sans rapport avec le seo en plus. c’est du beau bravo 😀 Le coté positif de tout ça, c’est que j’ai trouvé une source de liens supplémentaire, je sais qui contacter au cas où 😉

      Sans rancunes

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*