Le consultant SEO est-il responsable du taux de conversion ?

conversion

Vous savez qu’un des moyens les plus simple d’augmenter le ROI du SEO est le travail sur l’existant. C’est ce que l’on cherche à faire quand on essaie d’augmenter son CTR par exemple. Une autre action incontournable sur l’existant est l’optimisation de la conversion.

Ma question est la suivante : L’optimisation de la conversion est-elle ou non une responsabilité du consultant en référencement ?

Si je résume le rôle du consultant SEO de la manière la plus simpliste qui soit, sa mission est d’accompagner une entreprise dans sa stratégie SEO, de la conception à la mise en place technique. Il peut ou non mettre les mains dans le cambouis, mais ses interventions de base sont le conseil et l’accompagnement.

A priori, la conversion n’est pas de son ressort, surtout que trop d’éléments jouent sur la conversion du trafic et souvent ils sont loin du champs d’intervention du consultant SEO.

Sans même parler d’A/B testing, de design ou autre, un élément essentiel de la conversion, probablement même le plus important, est l’offre. Or le consultant en référencement est-il responsable d’une offre qui ne cadre pas parfaitement avec le besoin ?

On peut aussi citer des exemples oùu la responsabilité de l’expert SEO est engagée. Lorsque l’accompagnement intègre le choix des mots clés par exemple. La conversion dépend aussi de ces choix là.

Lors du Google Black Day si vous avez suivi la conférence Le E-commerce en Slip vous savez qu’une bonne pratique est de tester ses mots clés sur adwords. Je me demande même si le consultant n’a pas intérêt à obliger les clients réticents à démarrer des campagnes tests.

Pas besoin de développer plus pour savoir que la conversion des visiteurs est une bête à plusieurs têtes parce qu’elle est impactée par de nombreux facteurs. Parfois la responsabilité du conseiller SEO peut être engagée, et souvent elle ne l’est pas, mais il y a une chose qui est toujours vraie le client attend à des résultats.

Au début il va peut être se contenter d’observer l’évolution des positions sur ses mots clés, mais tôt ou tard il va surtout regarder l’évolution du chiffre d’affaires. Et là, peut importe si c’est la responsabilité du consultant, du netlinkeur, ou du backlink broker qui est engagée, au bout d’un moment, même en amont de la fuite, il a besoin de fermer les vannes.

Finalement, que notre responsabilité soit engagée ou non dans la conversion, est-ce que l’on doit systématiquement intégrer cette dimension dans nos prestations (même quand on nous sollicite pas pour cela) ?

Vous l’avez vu, ce billet est plus une série d’interrogations, c’est donc vos avis ou réflexions en commentaires que je fais appel. Merci d’avance.

 

14 Comments

  1. Salut,

    Je vais faire une réponse de normand 🙂

    Le consultant SEO n’est pas responsable de la CRO, car c’est, encore, un autre métier (A/B Test, marketing comportemental, personnalisation, trigger email etc…).
    Par contre, et en particulier en e-commerce, le consultant SEO est responsable de l’augmentation du CA du site sur lequel il intervient. Faire du trafic pour la gloire et/ou cibler des KW à coté de la plaque ou trop génériques ne sert à rien, et surtout pas au client.

    L’ouverture là dessus, c’est que le SEO est tout à fait formé pour la CRO, que les outils (type Beampulse ou A/B Tasty) sont de plus en plus facile à prendre en main, et que cela reste une bonne opportunité de développer son portefeuille client et de diversifier son offre 😉

  2. Salut,
    pour moi la question ne se pose même pas.
    On embauche un consultant SEO pour faire augmenter les revenus de l’entreprise; et le tunnel classique par lequel le client va passer sera :
    Acquisition(là entre le SEO) > conversion>rétention>viralité>revenu

    Le consultant SEO doit prendre en compte la notion de conversion mais aussi de rétention et de viralité pour augmenter le revenu, tout ça en restant dans son domaine de compétence. Il doit cibler le trafic qu’il amène pour qu’il convertisse au mieux, reste client et en parle à ses amis tout ça pour augmenter le revenu final.
    Le SEO consultant doit comprendre quel est le client-cible et le faire venir grâce à ses techniques.
    En résumé le SEO consultant n’est pas responsable du taux de conversion (boulot du marketer), mais doit l’intégrer complètement dans son travail pour ne pas le faire chuter.

    a+

  3. Merci pour vos com

    @Emmanuelle

    Je l’ai plus ou moins dit dans le billet, à mon avis le consultant est responsable seulement en partie du taux de conversion. La grande difficulté et de mesurer son niveau de responsabilité, mais on ne peut pas exclure totalement le SEO du CRO.

    Il y aussi un fossé énorme entre les pure players et les autres en matière de maîtrise des différents canaux d’acquisition, et de compréhension des tenants et aboutissants. ça aide quand les clients sont éduqués, mais lorsque ce n’est pas le cas, tu entends de sacrés perles.

    Je sais que cela vous paraitra absurde, mais j’ai entendu des choses de ce genre :

    « On a essayé Adwords, mais Adwords c’est de la M…. ça ne convertit pas, alors on veut faire du SEO »

    Dans ce cas il y a de quoi se dire qu’on est quand même assez mal barré. Pourquoi il s’attend à convertir mieux sur l’organique que sur le payant? Mais au delà de cette anecdote tu snipes vite plein de trucs, qui te fond comprendre que le travail sur le CRO (du moins celui qui n’incombe pas au SEO), ne sera pas pris au sérieux. Dans ces cas je suis frileux à l’idée de porter seul la responsabilité.

    Par contre il y a une chose dont je suis certain est que le consultant SEO doit avoir du flair, et lorsqu’il sent que ça pue, il a deux choix :

    1 ) Pour que ça marche je dois faire l’assistante sociale, or je veux pas de ça, donc j’arrête.

    2) ça me saoule mais pour que cela fonctionne je vais devoir faire l’assistante sociale.

    ——————————————-

    @Thibault Merci pour ton intervention.

    J’ai pas compris une chose, quand tu dis la question ne se pose pas, moi je comprends ceci : « évidemment que le consultant SEO est responsable du taux de conversion »

    Mais plus loin tu dis : « En résumé le SEO consultant n’est pas responsable du taux de conversion (boulot du marketer), mais doit l’intégrer complètement dans son travail pour ne pas le faire chuter. »

    Bon alors, il est responsable ou pas responsable ? Ou est ce que tu voulais dire juste « Le CRO est une contrainte avec laquelle il doit composer »

  4. Yes.
    Mais après, c’est sympa aussi d’éduquer et de faire grandir un client.
    A terme, la collaboration devient beaucoup plus enrichissante, je trouve.
    Enfin, c’est juste mon avis quoi 🙂
    ++

  5. On peut aller plus loin en se demandant quelle est la réelle utilité du prestataire SEO… Je trouve que c’est vraiment dommage pour un consultant seo de se cantonner à faire ranker un site sans avoir une vision globale du business. Au départ on est quand même là pour être utile et dans l’absolu faire croître le C.A. Après c’est sûr comme tu dis Walid on n’est pas mère Théresa non plus et l’on ne peut pas faire des miracles en agissant seulement sur le levier seo. Il faut aussi nuancer CA et taux de conversion , ce n’est pas du tout la même chose. Si le produit ou service est pas top, tu peux toujours ramener plus de leads c’est peine perdue. Puis aussi au final quand on a bien fait son job mais le client n’a pas du tout améliorer son taux de conversion y’a quand même un problème de vision globale du consultant SEO sur le site non ?

  6. Je pense qu’on est tous d’accord sur le fait qu’on est là pour booster le business d’un client. Donc des doutes non mais des interrogations oui si on va plus loin dans la réflexion car ton article ouvre pas mal d’autres questions intéressantes sur le métier de SEO. Sa communication avec le client ou son intégration avec les autres intervenants d’un site par exemple.

    En tout cas c’est chouette d’avoir écrit sur ce sujet, ça permet de parler d’autre chose que des techniques SEO 🙂

  7. Le responsable SEO est en partie garant de la QUALITE du trafic entrant. Plus le trafic est qualifié et pertinent, meilleure est la conversion au final. Donc il n’est pas directement responsable mais il fait parti de la chaine de valeur et la chaine vaut ce que vaut le maillon le plus faible. La conversion est un travail d’équipe.

  8. Mon point de vue :
    Le consultant SEO est concerné par le CA qui est cross domaine bien evidemment (offre, merch, traffic, design, testing,…).

    Et que c’est le signe que le SEO ne peut plus etre silo »isé ».

    Le SEO doit etre challengé pour proposer des solutions qui conviennent a la fois en terme de design, de présentation de l’offre mais aussi de temps de réponse par exemple…

    => C’est une responsabilité qui doit être partagée par toutes les équipes.

  9. Moi je pense pour ma part que le taux de conversion ne relève pas du consultant seo. Car si vous proposer un service qui n’apporte aucune valeur ajoutée, vous pouvez recevoir 100.000 visiteurs par jour vous ne réussirez pas à vendre quoi que ce soit. Il faut d’abord que le site propose un produit ou service de qualité. Le consultant SEO joue juste le rôle de promoteur un peu comme une pub à la TV, elle permet d’attirer du monde mais pas de vendre.

  10. Pour ma part, la seule responsabilité d’un référenceur est de faire monter un site donné sur Google dans le but d’augmenter son trafic. Les ventes sont entièrement du ressort de l’entreprise.
    C’est comme ça que je fonctionne 🙂

Répondre à Emmanuelle Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*